Nos priorités pour Aix-en-Provence

Le projet politique tel que nous l’envisageons pour Aix-en-Provence s’articulera autour de trois grands axes : l’économie, l’écologie et la justice sociale. L’ensemble devant s’engager sur la révolution de la croissance en réduisant les blocages et les situations de rente.

La réforme métropolitaine est un prérequis pour que notre projet soit un succès. Cette réforme a connu des blocages importants et inconsidérés voire irresponsables notamment à cause des craintes instrumentalisées et exacerbées par l’équipe sortante. Ce sujet si complexe à appréhender par les néophytes a été sauvagement détérioré. La communication utilisée par les métro-sceptiques aixois a été délivrée à grands coup de fausses informations (invérifiables par un novice) pour manipuler ou tromper l’auditoire. Résultat, Aix-en-Provence a perdu des années à se battre contre le sens de l’histoire.

Ainsi avec l’association Ensemble pour Aix, nous cherchons depuis des mois à composer avec la frange constructive ou pragmatique des autres mouvements politiques, au cas par cas. Notre objectif est de rassembler des personnes de valeurs au profit de l’intérêt commun : l’exercice subtil consiste à provoquer un engagement sans heurter certaines sensibilités idéologiques ou morales. L’enjeu est de construire le compromis avec les forces politiques en place encore puissantes.

Sur le plan économique, l’urgence est d’exploiter le potentiel économique d’Aix-en-Provence, et cesser de miser, comme les autres collectivités territoriales, sur l’emploi public (dont le ratio/population est nettement supérieur à la moyenne française). Il est aussi urgent de développer un programme sincère de justice sociale et de rééquilibrage de l’investissement public – notamment en matière d’habitat, de formation, et de réhabilitation des espaces publics.

Pour y parvenir nous encourageons une politique résolument favorable à l’investisseur, notamment en termes d’aménagement foncier et de facilitation réglementaire, la mairie soutiendra les initiatives qui se présentent à la ville.

En outre, il est nécessaire d’équilibrer l’effort public en faveur des quartiers populaires (du Jas de Bouffan, Besson, Encagnane, Corsi …) d’abord en modifiant l’orientation du contrat de ville vers plus de sincérité, de participation et de mobilisation des fonds publics, mais aussi par la révision de la politique du logement, honteusement ségrégationniste et clientéliste dans notre ville. De telles transformations impliquent une coopération avec la communauté d’agglomération au profit de plus d’équité et de mixité, la question du logement étant devenue une priorité notamment pour les classes moyennes.

S’agissant de l’écologie et le développement durable, nous sommes favorables à une politique engagée car ce sujet est une préoccupation des aixois, il revient systématiquement lors de nos rencontres. L’action municipale peut agir à différents niveaux notamment en faveur de la lutte contre les habitats précaires et les passoirs énergétiques, le développement des transports en commun peu polluants et la promotion d’une politique axée sur la  revégétilisation de la ville. Enfin, Aix-en-Provence doit se distinguer en matière de développement durable par un projet ambitieux d’économie symbiotique et d’agriculture urbaine, qui renforcera les liens avec les autres communes de la communauté d’agglomération. Les surfaces disponibles sur le patrimoine de la ville, et restée inexploitées par un malthusianisme classique de l’équipe sortante, me permettent d’envisager un projet d’agriculture urbaine (ou d’agglomération) majeur que je soumettrai dans le cadre d’un appel à projet citoyen aux étudiants durant ma campagne. Notre projet aixois se dessine en cohérence avec notre vision de la métropole, comme un ambitieux plan d’aménagement du territoire, de restructuration du schéma de déplacements, d’une allocation optimale des ressources.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recent Posts
Commentaires récents