Aix en Provence en 2030 sera la ville symbiose, de l’économie symbiotique

Par Dominique Sassoon et Jean-Marc Denan, exportateur de la Bio Française

Satisfaction des besoins essentiels, partage, gouvernance citoyenne, régénération des écosystèmes vivants, prospérité économique locale sont les valeurs dominantes de ce concept qui guidera toute notre action, si nous sommes en charge des affaires municipales.

Ce vivre-ensemble permet une association de l’intime et du durable, au profit de tous et surtout de la planète, pour faire de notre belle ville un exemple de joie de vivre, de développement et de richesse partagée.

L’équipe municipale sera un incubateur, au plus près des citoyens pour favoriser toutes les initiatives collectives ayant pour objectif de :

  • Se servir des écosystèmes (bio-mimétisme, permaculture, ingénierie écologique, matériaux bio-sources, agriculture régénérative)
  • Réduire les activités extractives (énergies renouvelables en réseau intelligent, économie circulaire et écologie industrielle, économie des usages et écodesign)
  • Partager l’intelligence collective (gouvernance coopérative, entreprise sociale, open source pair a pair et biens communs)

Ce sera le règne du citoyen engagé au profit de sa communauté ; de la réunion des trois intelligences économiques – du circulaire (les ressources des uns sont les besoins des autres), de l’échanges (du pair a pair) et des nouvelles technologies régénératrices s’inspirant du vivant et le semant au cœur de nos villes.

 » La municipalité sera un vecteur, un facilitateur, un leader mais pas l’opérateur principal « 

Cette dynamique de transition dans notre ville se fera par les groupes de citoyens et sera bien au-dessus des clivages politiques.

L’évolution des consciences, la participation, le changement des comportements individuels feront d’Aix-en-Provence une ville dont tous les habitants seront respectés et fiers de leur cité. Ensemble faisons d’Aix une ville-oasis.

Connaissez-vous Portland, Fribourg, Genève, Mouas-Sartoux ?

Ces territoires ont en commun d’avoir adapté partiellement un mode d’Éco-gestion participative, pour les transports, l’emploi, la santé à travers l’alimentation et l’écologie.

À Mouans-Sartoux 25 tonnes de légumes Bio sont produits actuellement par la régie agricole municipale et alimentent à 85 % les cantines de la ville (1000 repas par jour).

Deux applications concrètes et immédiates pour Aix :

  • Création d’une régie alimentaire municipale ayant en charge l’attribution de terrains disponibles en zone urbaine et périurbaine, pour en faire des zones de maraîchage Bio en permaculture ;
  • Ces zones de maraîchage seront accessibles à tous, y compris aux personnes à mobilité réduite, ouvertes à tous porteurs de projets ;
  • Création de Food-Lab, qui sont des ateliers partagés de transformation alimentaire des matières premières en vue de leur conservation et consommation optimale ;
  • La production des zones de maraîchage et des Food-Lab sera uniquement destinée aux cantines, crèches municipales et aux CCAS (des milliers de repas servis ou portés chaque jour à nos enfants et nos seniors).

Les Circuits courts et la production 100 % locale garantiront des coûts minorés. Cela permettra de dégager des marges de manœuvre financières nécessaires à l’autonomie du système et stimulera la créativité citoyenne. Tout en tissant du lien social, ces bonnes pratiques recréent du paysage, de la beauté dans nos lieux de vie et nous rendent même plus productifs au travail car leur beauté régénère nos capacités mentales.

 » Notre action se situera au rang de l’intérêt général, au-dessus de tout intérêt privé ! « 

« L’ économie Symbiotique » Isabelle Delannoy, L’économie symbiotique – Régénérer la planète, l’économie et la société, Dom . du Possible, Actes Sud, octobre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recent Posts
Commentaires récents